Rechercher
  • Valérie BISOGNO

Psychanalyse et Psychogénéalogie




La psychogénéalogie ou le sociogramme est un arbre généalogique complet avec les naissances, les mariages, les alliances, les ruptures, les professions, les maladies, les décès…


Il est constitué de la branche maternelle et de la branche paternelle. C’est une sorte de « traçage » pour mieux comprendre le chemin de vie et les choix affectifs ainsi que professionnels de l’analysant.


La psychogénéalogie induit une connaissance parfaite du fonctionnement de l’inconscient. En effet, ce sociogramme est très utile dans mon travail d’analyste car il me permet de comprendre à travers l’héritage transgénérationnel de l’analysant ce qui a pu dysfonctionner dans sa vie. Au cours des séances analytiques, je tisse des liens avec le présent mais aussi avec son passé. Ce passé qui est constitué de sa filiation peut remonter sur plusieurs générations car le sujet est « pétri » de l’histoire de ses ancêtres- l’inconscient imprime tel un scanner. Ainsi, ce travail d’introspection permet de pister les compulsions de répétition qui entravent son mieux être. C’est une manière d’admettre que la fatalité n’existe pas toujours. Pour exemple, l’exploration du sociogramme d’un analysant peut mettre en « lumière » certains non-dits comme la non reconnaissance d’un enfant dans un famille et qui gêne l’inconscient. Anne Ancelin, psychothérapeute (Auteure du livre Aïe, mes aïeux! ) parle aussi de « syndrome anniversaire ». Il s’agit d’une répétition inconsciente qui intervient autour d’une date anniversaire comme un décès, une maladie, un accident. C’est le cas d’une analysante qui me relate en séance qu’elle a eu un accrochage de voiture sans gravité. Elle a 30 ans. Je la questionne sur le lieu et la date. Après remémoration elle me révèle que bien des années auparavant son père avait eu lui aussi un accident au même âge et sur le même lieu. C’est une manière de rester fidèle aux ancêtres.

Ainsi, la psychogénéalogie est un outil indispensable en cure analytique. Elle ne se substitue pas à la méthode, elle est une alliée de taille.

De conclure, Saint Augustin disait «les morts sont des invisibles, ils ne sont pas des absents».

37 vues